Toutes les activités que vous trouverez sur ce site sont exclusivement réservées aux membres des Amamcs. Si vous êtes intéressé par l'une d'elle, adhérez, il y a plein d'avantages…

Chargement Évènements
Cet évènement est passé

A l’occasion de l’exposition personnelle de Peter Klasen, un des fondateurs les plus importants du mouvement de “la figuration narrative”, nous aurons la possibilité de renconter l’artiste, puis de suivre un exposé de Germain Roesz, avant de participer au vernissage à partir de 18 heures.

Au début des années 1960, Peter Klasen réalise des toiles peintes à l’acrylique appliquée à l’aérographe qui incorporent des collages d’objets, de photos et de documents. En 1964, il participe à l’exposition « Mythologies quotidiennes » qui réunit 34 artistes de la Figuration narrative au musée d’art moderne de la ville de Paris. En 1968, il entreprend la série des « Tableaux binaires » qui associent des corps et des objets mâles et femelles, souvent menaçants.

En 1974, il commence une nouvelle série inspirée par un travail sur l’enfermement et une réflexion sur l’Holocauste. Elle présente sur de grandes toiles des reproductions peintes d’arrières de camions, de wagons, de grilles, de chaînes, marqués de chiffres, de lettres et de codes visuels de mise en garde.

Dans les années 1980, il exécute une série de toiles qui reproduisent des graffitis photographiés sur le mur de Berlin. En 1991, il réalise Shock Corridor/dead end, une installation inspirée du film de Samuel Fuller qui évoque l’univers concentrationnaire plus que psychiatrique. En 1997, il s’approprie les techniques d’impression numérique pour réaliser de très grands formats qui évoquent des collages sur lesquels il appose des objets, des néons. En 2009, il réalise un dispositif inspiré de la machine de La Colonie pénitentiaire de Kafka.

Partagez cette page sur vos réseaux préférés

Titre